Libye

Vue d’ensemble de notre action en Libye

Le travail de Promediation en Libye vise à contribuer au processus de paix et de stabilité en appuyant les efforts de dialogue et de médiation afin d’atténuer les tensions au sud de la Libye. Notre action se concentre sur l’appui aux initiatives de paix locales au sud-libyen et sur le renforcement des capacités des chefs locaux afin de leur permettre de participer activement aux efforts de dialogue et de stabilisation à l’échelle nationale et aussi transfrontalière.

Ce projet cible les chefs et les communautés à l’échelle locale avec le but de créer un meilleur cadre de dialogue ainsi que fournir une prévention des conflits efficace et un appui logistique dans les régions où ils vivent. Notre travail consiste aussi à renforcer les capacités ainsi que la volonté des chefs à négocier, à la fois entre eux et avec leurs voisins, ainsi qu’à les inciter à participer aux processus et aux mécanismes nationaux et internationaux d’une manière cohérente et constructive. Pour faire cela, nous offrons les outils, les expertises et les espaces sûrs ainsi que la facilitation des dialogues et/ou de la médiation en cas de besoin.

Notre action est conçue d’une manière à appréhender les tensions existantes et la compétition, ainsi que les dynamiques conflictuels au Sud de la Libye afin de contribuer à l’atténuation des fragmentations politiques et géographiques et l’appui aux processus nationaux et internationaux de paix et de stabilisation en les rendant plus inclusifs et durables.

Notre travail depuis 2014

Promediation a commencé à travailler en Libye en 2014 à la demande des parties au conflit à Oubari, Fezzan. Le travail de Promediation consiste à appuyer les acteurs locaux pour trouver une solution durable et pacifique au conflit qui oppose les Toubous et les Touaregs depuis septembre 2014. En liaison étroite avec UNSMIL, ainsi que tous les acteurs internationaux pertinents y compris les pays du Sahel avoisinants, Promediation a directement facilité le dialogue pour appuyer la création d’un processus de négociation durable dans le cadre du conflit à Oubari. Malgré le progrès important qui a été effectué pour rétablir la paix et la sécurité à la suite de la signature de l’Accord de Doha en novembre 2016, ainsi que le cessez-le-feu décidé par les chefs locaux, les chefs des Toubous et des Touaregs sont restés préoccupés par la durabilité d’un tel processus, tant que les conséquences de la paix ne soient pas ressenties d’une manière tangible par les populations locales d’Oubari. Promediation a donc continuer à appuyer et renforcer le dialogue entre les Toubous et les Touaregues dans la région ainsi que soutenir leurs efforts pour activer les engagements promis depuis 2015 par les acteurs internationaux en ce qui concerne la reconstruction, le développement et l’assistance humanitaire.

Depuis 2016, tout en maintenant un appui dédié aux efforts de paix durable à Oubari, Promediation a élargi son champ d’intervention en appuyant le dialogue et le processus de paix local à travers l’ensemble de la région du Sud de la Libye. Des efforts particuliers se sont concentrés sur l’appui à un dialogue inclusif à Sebha, étant le chef-lieu du Fezzan et un hub politique et économique majeur où persistent les conflits qui ont maintenu des niveaux élevés d’instabilité à l’intérieur de la ville et aux alentours, mais aussi partout dans le Fezzan. Promédiation a travaillé en partenariat avec UNSMIL pour appuyer le dialogue entre les acteurs de Sebha en intégrant un parcours spécifique pour l’inclusion des femmes et le renforcement de leur participation aux efforts de paix et de stabilisation. En 2018, à la demande des parties-prenante locales, nous avons entamé l’appui à la création d’un cadre de dialogue plus large comprenant l’ensemble des acteurs locaux et les communautés pour leur permettre de travailler collectivement sur les défis et les intérêts communs d’une manière inclusive.

Promediation a aussi travaillé sur la construction d’un dialogue entre les acteurs internationaux et les acteurs locaux au Sud de la Libye afin de réduire l’écart de perception entre eux et permettre une compréhension commune des enjeux, à cause du manque d’accès aux communautés périphériques en Libye qui sont pourtant stratégiques. Promediation a organisé des rencontres réunissant les délégations libyennes à Tunis, mais aussi à Bruxelles et à Paris, afin d’ouvrir un dialogue sur l’inclusion du Sud dans le processus de paix et de stabilisation à l’échelle nationale soutenue par la communauté internationale.

Promediation a veillé aussi à transmettre et à partager des analyses régulières sur la situation au sud de la Libye avec les acteurs internationaux, y compris UNSMIL, l’Union européenne et les partenaires bilatéraux appuyant le processus de paix libyen. Ceci a contribué à constituer une meilleure compréhension au sein des acteurs internationaux des dynamiques locaux et régionaux complexes ainsi qu’une meilleure appréhension de la situation qui évolue rapidement dans le sud et dans les régions transfrontalières au Sahel.

Promediation a donc permis de mobiliser une perspective importante sur le Sahel, dans un contexte où les interconnections des acteurs et ses dynamiques au sein du triangle Libye-Niger-Tchad constitue un risque majeur de propagation du conflit et d’une instabilité transfrontalière, mais aussi où les priorités de la communauté internationale sont en décalage par rapport à la capacité effective de ses acteurs à s’engager avec les acteurs locaux et à comprendre les dynamiques locaux.

Contexte

Aujourd’hui, la Libye est toujours victime d’une situation généralisée d’incertitude et de crise, alimentée par des défis qui concernent la sécurité locale et les rivalités politiques touchant aussi les communautés du Sud. Malgré les tentatives de négocier des amendements à l’Accord de Paix Libyen, afin de redynamiser le dialogue à travers un processus de conférence nationale et un appui à la préparation d’un processus électoral, les fragmentations politiques et militaires ainsi que l’insécurité généralisée continuent à entraver les efforts pour aboutir à un consensus et atténuer les tensions locales et la compétition produite par des mécanismes d’alliances complexes. Les efforts renouvelés doivent être investis pour la construction d’une solution négociée à la crise, dans le cadre du processus de paix soutenu par les Nations unies et qui permettrait d’inclure les communautés dans les régions dites périphériques. Il est crucial d’appuyer cet élan d’une manière à assurer l’inclusivité, la crédibilité ainsi que l’approbation de ces efforts par les acteurs concernés, particulièrement au Sud où les processus nationaux et internationaux ont peiné à engager les acteurs locaux et à appréhender les sérieux défis à l’échelle politico-sécuritaire et socio-économique.

L’importance stratégique du Sud libyen au carrefour de la région du Sahel-Maghreb, l’abandon des ressources naturelles ainsi que l’existence des hubs politiques et économiques clés comme Sebha présente un nombre de défis et d’opportunités pour la paix et la stabilisation en Libye et dans la région du Sahel-Maghreb plus généralement. Il est ainsi important d’engager les acteurs du Sud et les communautés afin de promouvoir et appuyer des solutions pacifiques, durables et locaux, ainsi que prendre en compte les dynamiques interconnectés et les acteurs présents à travers l’ensemble du Sud entre Ghât à Koufra, ainsi qu’à travers les régions transfrontalières avec l’Algérie, le Niger, le Tchad et le Soudan.

Les conflits et la violence récurrente à Sebha ont impliqué plusieurs communautés principales via un jeu de conflits et d’alliances intercommunautaires et politiques, à l’échelle locale mais aussi nationale. Ces dynamiques conflictuels sont aussi liés aux luttes de pouvoir pour le contrôle des réseaux de trafic et du pétrole.

Notre action vise à contribuer au processus national de paix et de construction de l’État en appuyant les acteurs locaux de pays de stabilisation au sud et en promouvant la participation des communautés de cette région aux efforts nationaux, dans le but de soutenir une stabilisation durable et de prévenir de l’escalade des confrontations militaires ou de l’ascension en puissance d’acteurs stratégiques opposés au processus de paix soutenu par les Nations unies.